Thèmes anglais corrigés
 

Entraînez-vous au thème anglais !

Les traductions de cette rubrique sont des oeuvres originales de l'auteur et relèvent donc du Code de la propriété intellectuelle. Elles peuvent toutefois être utilisées avec des étudiants dans un but pédagogique et non lucratif, à condition d'indiquer leur origine et leur auteur.




 

Les auteurs


Thèmes traduits

Thème 1
(cliquer ici)
Thème 2 (cliquer ici)
Thème 3 (cliquer ici)

THEME 1 : Harry Potter au pays du marché triomphant


Avec la série des Harry Potter, l’écrivain J.K. Rowling a réussi la gageure de réenchanter le monde : le lecteur voit ainsi se déployer sous ses yeux un univers proprement magique, où l’on trouve des voitures qui volent, des sortilèges qui vous font vomir des limaces, des arbres donnant des coups de poing, des livres qui mordent la main de leur propriétaire, des portraits se disputant entre eux et des dragons avec des queues à pointe. A priori donc, il n’y a rien de commun entre le monde de Harry et le monde ordinaire de notre perception habituelle. Rien du tout excepté un détail : comme le nôtre, l’univers fantastique de Harry Potter est un univers capitaliste.
Poudlard est une école de sorcellerie privée, et son directeur doit sans cesse se battre contre l’État essentiellement représenté par l’inepte ministre Cornelius Fudge, le ridicule fonctionnaire Percy Weasley et l’odieuse inspectrice Dolores Ombrage.
Les apprentis sorciers sont en même temps des consommateurs qui rêvent d’acquérir toutes sortes d’objets magiques hi-tech comme des baguettes ‘haute performance’ ou des balais volants ‘de marque’ dernier cri, fabriqués par des multinationales.
Poudlard n’est donc pas seulement une école, mais aussi un marché visiblement très juteux : soumis à un matraquage publicitaire incessant, les pensionnaires ne sont jamais aussi heureux que quand il peuvent dépenser leur argent dans les établissements qui entourent le collège.


Ilias Vocaris, Le Monde, juin 2004


Corrigé

Harry Potter in Marketland / in the land where market rules


With the Harry Potter series, J. K. Rowling has achieved the impossible – she has managed to enchant the world again. A magical universe is displayed right under the readers’ eyes, with /where they can see flying cars, spells that make people/you/ their victims spew/vomit/ slugs, trees that give punches/ punch you/books that bite the hands of their owners/ portraits that argue with one another, dragons with pointed tails.
On the face of it/ at first sight the world of Harry Potter has nothing in common with the ordinary world we usually perceive. Nothing at all except one detail: like ours, the fantastic world of Harry Potter is a capitalist universe.
Hogwarts is a private sorcery school, and its director/principal has to battle/fight constantly against/ has to wage a ceaseless war against the State as represented, mainly, by the inept/silly minister of magic, Cornelius Fudge, the ridiculous government official/civil servant Percy Weasley and the obnoxious inspector Dolores Ombrage.
The apprentice sorcerers are also consumers who dream of acquiring all sorts/kinds of high-tech magical objects, like/such as high-performance wands or the latest/hypest branded/brand-name flying brooms, manufactured by multinational corporations.
Hogwarts, then, is not only a school but also a market, obviously a very lucrative one to boot. Subjected to an incessant advertising onslaught, the students are never as happy as/ happier than when they can spend their money in the shops/stores near the school.


*****************************************


THEME 2


Kenneth Lay, 64 ans, ancien PDG et fondateur d'Enron, est mort mercredi 5 juillet à Aspen, dans le Colorado. La vie de Kenneth Lay a basculé le 2 décembre 2001, quand Enron a fait faillite, la plus importante alors de l'histoire des Etats-Unis. La septième société américaine, 101 milliards de dollars de chiffre d'affaires, s'effondrait du jour au lendemain, ouvrant la voie à une série de scandales à Wall Street.
Quatre ans et demi plus tard, le 25 mai dernier, Kenneth Lay a été jugé coupable par le tribunal fédéral de Houston (Texas) de banqueroute frauduleuse. La sentence devait être prononcée le 23 octobre prochain. Il était passible de quarante-cinq années de prison et a toujours clamé son innocence, affirmant que la faillite était la conséquence d'une panique créée par les médias.
Son procès a été l'un des plus médiatisés et des plus longs de la criminalité d'entreprise. Les 5 600 anciens employés qui ont tout perdu, y compris leurs retraites, et des centaines de milliers d'actionnaires exigeaient des réponses sur les responsabilités à la tête du groupe texan. Pendant des années, les comptes ont été manipulés à l'insu ou avec la complicité des dirigeants, des auditeurs, des administrateurs, des avocats, des banquiers. Cette « entreprise du vingt-et-unième siècle » s'était construite sur un énorme mensonge.

D’après Eric Leser
LE MONDE du 07.07.06



Corrigé proposé


Kenneth Lay, 64, Enron’s founder and former CEO, died on Wednesday, July 5th in Aspen, Colorado. His life went into a tailspin when Enron went bankrupt, on December 2nd 2001 — the then biggest bankruptcy in the history of the United States / the biggest… at the time. The seventh most powerful firm in the US, with a 101 billion dollar-turnover, collapsed overnight, triggering off / paving the way for / a string of / a series of / scandals in Wall Street / at the NYSE.
Four years and a half later, on May 25th (this year) / last May 25th, Kenneth Lay was convicted by the federal court of Houston (Texas) with fraudulent bankruptcy. The sentence was to have been issued next October 23rd. Though he risked 45 years in prison, / a 45-year prison sentence, / he had always claimed he was innocent, and the bankruptcy of Enron was nothing but the consequence of a panic generated by the media.
His was one of the longest trials about corporate crime, and one of those with / those that got / the biggest media coverage. Enron’s 5600 former employees lost everything, including their pension benefits / pensions included / and hundreds of thousands of stockholders demanded clear answers on the actual responsibilities at the head of the Texan group. For years, the books were cooked / had been cooked / while top management, auditors, administrators, lawyers or bankers did not know — or knew all too well. That self-professed / alleged / so-called / “twenty-first-century (21st century) corporation” had been built upon a huge lie.

**********************************************


THEME 3 : Un ticket d’entrée à 20 dollars


Le Moma est devenu le musée le plus cher des Etats-Unis et même sans doute du monde. En rouvrant après deux ans de travaux dirigés par l’architecte Yoshio Taniguchi, le Museum of Modern Art de New York a augmenté son prix d’entrée de 67%. Les critiques ont eu beau se multiplier ces temps derniers contre ce coup bas porté à la « démocratisation de l’art contemporain », le directeur Glenn Lowry assure, lui, qu’il y a suffisamment d’amateurs prêts à payer ce prix.
Il n’a de toute façon guère le choix pour combler le trou de 20 millions de dollars dans son budget de fonctionnement. En bon libéral, le maire de New York, Michael Bloomberg, a clos la polémique : « Le Moma est une institution privée. Si c’est trop cher pour vous, il y a beaucoup d’autres musées à Manhattan. »


Corrigé proposé

A 20-dollar admission fee

The Moma has lately become the most expensive museum in the USA, and possibly in the world. When reopening / it reopened / after a two-year restoration / renovation / under the direction of architect Yoshio Taniguchi, New York’s Museum of Modern Art hiked up its admission fee by 67%. Despite a lot of criticism lately about this unfair attack against “the democratisation of modern art”, director Glenn Lowry, as for him, asserts there are / asserted there were / enough enthusiasts who are / who were / ready to pay the price.
Anyway, there are not many other alternatives to write off the debt — which amounts to no less than $20m (20 million dollars) — in the accounts of the museum. New York’s mayor, Michael Bloomberg, as a good supporter of the free market, decided to put an end to the controversy, by declaring: “The Moma is a private institution. If it is too expensive for you, there are a lot of other museums in Manhattan.”


*************************************************

 
 



Créer un site
Créer un site